Rideau!

épisode 6 de la série Nicolas fait des analyses

Voici venu le temps de faire le bilan de la série « Nicolas fait des analyses ». J’ai écrit quatre articles relatifs à la fabrication du genre dans les vidéos de Norman:

  1. Dans Norman fait le genre?, j’ai réfléchi à la place du genre dans les vidéos du célèbre youtubeur
  2. Tu as aimé cette représentation? consistait en une analyse du fonctionnement des représentations et stéréotypes présents dans les vidéos
  3. Dans l’article intitulé Règles du jeu et cartons rouges, je me suis penché plus spécifiquement sur les transgressions de conventions liées au genre
  4. J’ai évoqué dans Je suis Norman des mécanismes d’identification que l’on peut ressentir en regardant les vidéos

J’ai finalement réalisé une vidéo dans le style de Norman qui reprenait les points importants des analyses effectuées, tout en essayant de les évoquer dans un style plus léger.

Rendre un travail universitaire à travers des formes telles qu’un blog et une vidéo a été un exercice intéressant et pas forcément aisé sur lequel j’aimerais revenir, en guise de conclusion. L’occasion de tracer quelques lignes de fuite pour poursuivre la réflexion, d’évoquer quelques forces et limites de cette expérience.

Tableau_curtain_central_opening_system_-_Grand_théâtre_d'Angers
« Curtain central opening system – Grand théâtre d’Angers » – Image: commons.wikimedia.org


 

Quelques limites:

  • Par habitude de rédiger de plus longs textes, l’envie de ne pas écrire des articles trop imposants afin de rendre la lecture digeste a été difficile à respecter.
  • Le parti pris de considérer que les lecteurs n’ont pas obligatoirement lu les précédents articles oblige à un minimum de récapitulation et à ne pas prendre pour acquis certaines informations.
  • Difficile de ressentir l’impression d’avoir fait le tour d’une problématique, car la forme invite à se déployer en de multiples directions – contrairement à un travail écrit classique qui a une introduction, un développement et une conclusion.

Quelques forces:

  • Une manière de faire de la science extensive, c’est-à-dire de partager des réflexions avec un public non strictement académique.
  • La possibilité de construire un savoir en réseau, notamment grâce à l’utilisation d’hyperliens et de renvoi aux autres articles.
  • L’opportunité de prendre en compte les remarques des internautes (« C’est trop long. », « Tu utilises trop la première personne », « Il faut être plus sûr de ce que tu affirmes », « Il y a telle faute d’orthographe », etc.) ou ses propres critiques afin d’améliorer les articles au fur et à mesure de l’expérience.
  • La chance de pouvoir intégrer les propositions des actrices et acteurs de la vidéo (« Et si je mangeais la feuille de papier sur laquelle est inscrit « homme »?, « Et si je jouais telle scène comme cela? »).
  • Le visionnage de la vidéo me semble enrichir la lecture des articles, et inversement. Textes et images peuvent néanmoins être appréhendés indépendamment.

J’ai eu au final beaucoup de plaisir à réaliser ce travail. La tentative de faire se répondre productions culturelles « populaires » et écrits de sciences sociales me semble intéressante: elle contribue selon moi à une compréhension assez concrète de notre monde quotidien. Et si quelqu’un s’avise à dire que les sciences sociales se résument à des livres de plusieurs centaines de pages croupissant au fond des rayons de bibliothèque, je pourrai maintenant tenter une réponse efficace: « FAUX! ».

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s